01/10/2011

Une autre montée à vélo vers le Col de la Machine par St-Jean-en-Royans

Ludovic nous décrit dans le blog "sport et nature" Alp'Explorer des ascensions à vélo et des randonnées pédestres en montagne.

 

"Après avoir gravi une première fois le col de la Machine en juin 2007, je m'attaque cette fois à son versant le plus connu et le plus spectaculaire.  Une montée de 12 km à 6% environ, avec au final un passage vertigineux et audacieux au-dessus du célèbre cirque de Come Laval.

Le départ de l'ascension se situe juste à la sortie de St-Jean, en direction de Lente.  Une longue ligne droite sert d'introduction, sur une route plutôt pentue.  Après un premier lacet, on pénère dans la forêt.  D'une manière générale, ce versant peut se couper en deux parties au niveau de la difficulté : les 7 premiers kilomètres sont assez difficiles (7,5% de moyenne) et la suite est bien plus facile jusqu'au sommet.

La route est large et en bon état.  Quelques virages brisent la monotonie de la montée et, de temps en temps, les vaches du Royans me servent de supportrices.  C'est raide mais régulier, il faut donc trouver le bon rythme pour bien grimper.

Au bout de 7 km, jepasse devant une antenne relais (Mont Jourdan, 797m).  Ici, la vue est bien dégagée, de la vallée du Royans jusqu'à St Marcellin.  Une table d'orientation permet d'identifier les lieux.

  Alpexplorer1.JPG

Un beau point de vue

 

Après l'antenne, la montée devient bien moins pentue.  Une petite route forestière sur la droite permet d'atteindre le col de ma Machine en passant par le col de l'Echarasson.  A essayer une autre fois, sachant que le paysage sera moins intéressant, car on ne passe pas au bord du ravin.

Au kilomètre 9, un tunne apparaît subitement au loin.  En-dessous, une énorme falaise plonge à pic dans le vide : c'est le début de Combe Laval.  Très impressionnant, surtout quand on ne s'y attend pas la première fois !

 

Alpexplorer2.JPG

L'entrée de Combe Laval

 

A partir de maintenant, c'est une succession de tunnels étroits et de passages en corniche qui attendent le cycliste.  On comprend pourquoi il a fallu des décennies pour creuser cette route...   La pente est faible, c'est donc idéal pour profiter de la vue.  Je croise de nombreux touristes, en voiture ou moto, qui s'arrêtent pour contempler ce paysage peu commun.

Par endroits, la falaise plonge de 600 m dans le ravin !  Tout en bas, une petite route conduit à un monastère situé au bout de la combe.  Sur le côté droit de la chaussée, de nombrex filets permettent de limiter les éboulements, très fréquents dans le coin.

Un panneau indique l'emplacement du 45e parallèle.  Je sis donc à mi-chemin entre l'Equateur et le pôle Nord.  Pour l'anexdote, on trouve cette même information sous la forme d'un globe terrestre dans la forêt de Corrençon en Vercors.

La pente augmente légèrement dans le dernier et le plus long tunnel (éclairé).  A sa sortie, le ravin a disparu et l'auberge qui indique le sommet du col apparaît.  C'est le début de la vaste forêt de Lente, poumon vert du Vercors drômois.

Alpexplorer3.JPG

Aiguille et panorama

 

Avec sa dernière partie qui figure sur les cartes postales, cette ascension est un vrai classique du Vercors.  Plus simple que par St-Laurent, elle laisse peu de traces dans les jambes si on a l'habitude des cols.  Juste des images plein les yeux !"

 

Merci pour cette description détaillée de la route de Combe Laval, Ludovic... 

14:24 Écrit par Les amis du Col de la Machine dans Cyclotourisme | Commentaires (0) | Tags : cyclotourisme, ascension, col de la machine, st-jean-en-royans, route de combe laval, photo, récit |  Facebook |

11/09/2011

Monter 100 différents cols à vélo dont... le Col de la Machine !

C'est le défi de Will...  Il relate ici sa route vers le Col de la Machine et le col de Carri.

cycling-challeng1.jpgcycling.challenge2.jpg

 

 

 

"Doreen et moi avons passé un week-end inoubliable à vélo dans le Massif du Vercors.  Cette région est à conseiller pour le cyclotourisme : routes tranquilles, cols partout, belles gorges, corniches, etc.

Le point culminant du voyage a été notre premier objectif en passant par les falaises de Combe Laval.

A partir de Saint-Jean-en-Royans, les 7 premiers kilomètres montent en lacets par une route forestière calme. La route devient moins raide après le Col de Gaudissart, tourne à droite et soudain... devient la route en corniche la plus étonnante : Combe Laval.

 

C'est Doreen agitant les bras devant un tunnel :

cycling.challenge3.jpg

 

J'avais un peu le vertige ici :

cycling.challenge4.jpg

 

A mi-chemin entre le Pôle nord et l'Equateur, nous avons traversé le 45e parallèle :

cycling.challenge5.jpg

cycling.challenge5bis.jpg

 

Au Col de la Machine, nous avons poursuivi par une petite route sinueuse en montée vers le Col de Carri :cycling.challenge6.jpg

Après un café à la Chapelle-en-Vercors, le reste de la course a été presque entièrement en descente à traves une autre belle gorge au travers des Grands Goulets et Petits Goulets.  La petite route des Grands Goulets est malheureusement désormais définitivement fermée.  Au lieu de cela, il y a maintenant un énorme et moderne tunnel (1,7 kms de descente).  Certains trouvent cela amusant de descendre ici mais moi, j'étais tout simplement soulagé que nous n'avons vu aucun trafic.

cycling.challenge7.jpg

Après un tel grand tour, Doreen était en grande forme - et j'ai eu une faim de loup !"

 

Merci à Will pour sa sympathique collaboration et son autorisation à reproduire cet article.

Voici l'adresse de son site : http://www.cycling-challenge.com  

15:31 Écrit par Les amis du Col de la Machine dans Cyclotourisme | Commentaires (0) | Tags : véélo, cyclotourisme, grimpe, cols, col de la machine, col de carri, vercors, drôme, photos |  Facebook |